Beta

Daily value of your cryptocurrency wallet




Receive every morning the value of your wallet by mail
Be alerted of the new currencies
Get an alert when a currency reaches the value of sale you've fixed
Security Don't show my cryptocurrency's adresses
+1300 Available cryptocurrency

Trois banques publiques fin prêtes


Il s’agit de la Banque de l’agriculture et du développement rural (Badr), de la Caisse nationale d’épargne et de prévoyance (Cnep-Banque) et de la Banque de développement local (BDL)

Il vient apporter quelques modifications, des améliorations et des précisions par rapport à l’ancien règlement, en capitalisant l’expérience vécue sur le terrain, dans le but d’accélérer le processus de commercialisation de ces produits par les acteurs de la place, notamment les banques conventionnelles

Le directeur général d’Al-Salam Bank, Nasser Hideur, relève déjà la nouvelle appellation de ce “produit islamique” au lieu de “produit participatif” tel qu’inscrit dans l’ancien texte

“Ce sont des produits bancaires qui mettent un terme à la préoccupation d’ordre religieux, affichée par de nombreux citoyens, à savoir la problématique de l’intérêt liée aux pratiques bancaires classiques”, souligne-t-il

L’expert en finance islamique a mis l’accent sur une principale nouveauté introduite dans ce nouveau règlement : “Avant que les guichets islamiques soumettent les produits ‘Charia compatibles’ à la Banque d’Algérie pour autorisation préalable, il y a lieu de recueillir au préalable l’avis de conformité de l’Instance nationale de fetwa, qui sera installée au sein du Conseil supérieur islamique

” Auparavant, cela n’était pas une condition

Autre nouveauté, que le DG d’Al-Salam Bank juge intéressant de souligner, a trait aux dépôts à vue, c’est-à-dire les dépôts remboursables — différents des dépôts participatifs — qui bénéficient de la garantie du Fonds de garantie des dépôts bancaires conformément aux dispositions de la Banque d’Algérie

Les citoyens et les opérateurs économiques qui opteront pour ce type de produits vont contribuer à l’amélioration du niveau de bancarisation de la société par rapport à cette couche de la population qui refuse de confier son épargne aux banques classiques, en raison du souci religieux inhérent aux formules de prêts et d’emprunts assorties d’intérêts considérés non conformes à la charia

Cela dit, “la finance islamique ne va pas résoudre à elle seule le problème des activités informelles, mais peut participer de façon assez significative à la résorption d’une partie de ces pratiques financières et commerciales qui échappent au secteur bancaire”, indique enfin notre interlocuteur

Il s’agit de la Banque de l’agriculture et du développement rural (Badr), de la Caisse nationale d’épargne et de prévoyance (Cnep-Banque) et de la Banque de développement local (BDL)

Il vient apporter quelques modifications, des améliorations et des précisions par rapport à l’ancien règlement, en capitalisant l’expérience vécue sur le terrain, dans le but d’accélérer le processus de commercialisation de ces produits par les acteurs de la place, notamment les banques conventionnelles

Le directeur général d’Al-Salam Bank, Nasser Hideur, relève déjà la nouvelle appellation de ce “produit islamique” au lieu de “produit participatif” tel qu’inscrit dans l’ancien texte

“Ce sont des produits bancaires qui mettent un terme à la préoccupation d’ordre religieux, affichée par de nombreux citoyens, à savoir la problématique de l’intérêt liée aux pratiques bancaires classiques”, souligne-t-il

L’expert en finance islamique a mis l’accent sur une principale nouveauté introduite dans ce nouveau règlement : “Avant que les guichets islamiques soumettent les produits ‘Charia compatibles’ à la Banque d’Algérie pour autorisation préalable, il y a lieu de recueillir au préalable l’avis de conformité de l’Instance nationale de fetwa, qui sera installée au sein du Conseil supérieur islamique

” Auparavant, cela n’était pas une condition

Autre nouveauté, que le DG d’Al-Salam Bank juge intéressant de souligner, a trait aux dépôts à vue, c’est-à-dire les dépôts remboursables — différents des dépôts participatifs — qui bénéficient de la garantie du Fonds de garantie des dépôts bancaires conformément aux dispositions de la Banque d’Algérie

Les citoyens et les opérateurs économiques qui opteront pour ce type de produits vont contribuer à l’amélioration du niveau de bancarisation de la société par rapport à cette couche de la population qui refuse de confier son épargne aux banques classiques, en raison du souci religieux inhérent aux formules de prêts et d’emprunts assorties d’intérêts considérés non conformes à la charia


Voir la source
Ledger Nano X - The secure hardware wallet
Buy on Coinbase























Made by Fyher